Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
cafe.cine.valdo.over-blog.com

Le Café-Ciné du Valdo, ou quand le cinéma devient prétexte à rencontres, échanges et convivialité ...

Exprimer des idées, créer, rire … une liberté vitale si nous voulons rester Humain !

Publié le 12 Janvier 2015 par Café-Ciné du Valdo

Exprimer des idées, créer, rire … une liberté vitale si nous voulons rester Humain !

Nous, organisateurs(trices) du Café-ciné-du-Valdo, sommes encore sous le choc, dans l'incompréhension, dans l'indignation.

12 personnes ont été froidement assassinées. Vous les entendez Charb, Bernard Maris, Cabu, Wolinsky et tous les autres ? Au travers de leurs interview on perçoit des hommes non-violents, à l'écoute, aimant la vie.

Mais c'est aussi un symbole fort qui nous est cher qui est atteint.

Un journal. Une expression partagée, mise en débat.

Un journal qui gratte, qui critique, qui aiguillonne. Les décisions politiques, les hommes politiques, les religions -toutes les religions- et leur « clergé », les travers de nos sociétés. Tout y passe.

Un hebdo qui ose dépasser les images et les pensées convenables.

Une expression qui passe par le dessin. Un dessin qui en quelques traits de crayon en dit souvent beaucoup plus qu'un article. Qui va chercher plus loin dans notre interpellation. Un dessin qui se partage et qui se communique plus rapidement qu'un article.

Une expression qui tourne en dérision, mobilise notre rire pour réveiller notre sens critique. Ou juste pour rire sans arrière pensée. Un dessin qui heurte aussi, qui nous bouscule … mais qui ne nous tue pas.

Tout ça, que nous lisions Charlie-Hebdo ou non, nous en avons besoin. Besoin de savoir que ces paroles et ces images qui expriment nos idées ou qui nous grattent collectivement, sont là et ont totalement leur place dans notre société.

Nous sommes touchés de près parce que ce terrorisme a eu lieu chez nous et atteint nos repères quotidiens. Mais nous n'oublions pas que dans beaucoup d'autres pays des journalistes ne peuvent faire leur travail, des artistes ne peuvent s'exprimer. Chaque jour des intimidations, des censures, des enlèvements ou des assassinats. Par des terroristes, par des mafias ou par des gouvernements. Ainsi, selon Reporters Sans Frontières, 66 journalistes ont été assassinés en 2014, ce qui porte à 720 le nombre total de journalistes tués dans l’exercice de leurs fonctions en dix ans. Dans le monde, 119 journalistes ont été enlevés en un an (soit une hausse de plus de 35 %). Quarante demeurent otages à ce jour. Face à chacun de ces actes, notre indignation devrait être aussi grande.

Comment la France peut-elle engendrer des jeunes avec un obscurantisme, une intolérance, une violence qui conduit à tuer l'équipe de Charlie-Hebdo ou à mener une prise d'otage dans une boutique casher ?

Cela aussi nous interpelle. Les inégalités croissantes, l'inégale répartition des richesses, les différences d'accès à l'école, la course à la consommation. L'action de seule façade face au conflit israelo-palestinien. Tout ça est-il étranger au développement de ces courants fondamentaux, violents qui attirent de plus en plus de jeunes ?

L'élan unitaire de ces derniers jours est formidable. On peut y lire le signe d'une envie de collectif, de mobilisation autours d'idées. Demain, après l'émotion, nous aimerions que cette unité se poursuive pour ne pas laisser grimper le racisme. Nous aimerions la même unanimité pour accueillir les personnes qui fuient la violence et l'intolérance de leur pays.

Signé : l'équipe du Café-ciné-du-Valdo

Commenter cet article